AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message

— localisation : In the forest
— humeur : Assoifée
— un don ? : Aucun


MessageSujet: « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]   Sam 19 Juin - 16:33

& &
" Prom'nons dans les bois pendant que l'vampire n'y est pas... "



    Saviez vous qu'un mur peut-être plus qu'interressant à regarder lorsque vous n'avez que ça à faire ? Vous y voyez la moindre fissure, le moindre défaut du bois, la moindre couleur qui ne se coordonne pas. Cela faisait maintenant 2 jours que Mackenzie n'avait pas bougé, de toute manière dans 3 mètres carrés de cabane en bois elle n'avait pas vraiment le choix mise à part de tourner en rond. Le front posé sur ses genoux d'enfant, elle songeait... A quoi ? Elle calculait les jours qui la séparait de son prochain repas, pour être exact il lui restait approximativement 1 jour 3 heures 28 minutes et 34 secondes. Son père était très précis, il arrivait toujours à la même heure, toujours pour la même et seule raison, celle de nourrir le monstre qu'il avait engendré. Il lui ramenait donc un humain pris au hasard et le jettait donc dans la cabane du monstre assoifé de sang. Cependant, il lui arrivait de venir verifié que sa "fille" était encore là et en profitait souvent pour la taper sans aucune raison apparente.

    Fixer un mur à compter les heures... Pitoyable n'est-ce pas ?! Et pourtant, elle n'avait rien d'autre à faire. Allait elle vivre comme ça toute sa vie ? Elle ne savait même pas qu'elle était immortelle et se disait qu'à l'allure où elle grandissait, d'ici une quinzaine d'année elle finirait soit par mourir soit par réussir à s'enfuir. Vous avez parlé d'une mère ? Mackenzie l'a tué sauvagement lors de sa naissance, pour ainsi dire, sa mère était morte pour laisser vivre un monstre... Paradoxale tout ça.

    1 jour 3 heures 20 minutes et 56 secondes ... Des bruits de pas ? C'était elle trompée dans ses calculs ? Non ce n'était pas possible. La cabane était bien trop reculé pour qu'un humain puisse s'y aventurer. Elle entendit des voix, qui étaient-ils ? Déjà l'ouïe et l'odorat surdevellopé de Mackenzie lui permit de savoir qu'ils étaient deux. Elle se leva d'un bond alors que les voix se firent plus présentes, juste derrière la porte en bois qu'elle n'avait jamais osé franchir. Instinctivement, elle se mit en position de défense mais tout de même legerement offensive, c'était son territoire, ses quelques mêtres carrés lui appartenaient elle n'avait déjà rien reçu de la vie, il ne fallait pas non plus exagéré. Elle ne put s'empêcher de grogner legerement à l'entente de ses deux inconnus. Son petit coeur d'enfant battait la chamade contre sa poitrine. Apparement il y avait un homme dont la voix se faisait plus inquiètante que la petite voix fluette d'une jeune femme qui quand à elle avait l'air un peu moins inquiète de ce qui allait se dérouler. Mackenzie resta planté ainsi, le dos contre le mur face à la porte d'entrée, la seule porte d'ailleurs, en position mi-defensive, mi-offensive.


Dernière édition par Mackenzie Cullen le Jeu 5 Aoû - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
admin. can i change your future ? only if you decide it...
avatar


— localisation : Derrière toi, bouh !
— humeur : Excellente et amusée
— une citation ? : "Le seul secret que les gens gardent est celui de l'immortalité."
— coté coeur ? : en couple avec Jasper, liée à lui par un amour inconditionnel...
— un don ? : Je vois l'avenir de façon subjective, selon les décisions prises par le/la concerné(e).


• more about you •
— relations :
— adresse: Villa des Cullen

MessageSujet: Re: « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]   Jeu 15 Juil - 16:16

    Plus Jasper et moi s'enfoncions dans la forêt, mieux l'avenir proche se dessinait sous mes yeux. Ma cécité allait de pair avec les loups et les hybrides, et plus je mettais de distance entre eux et moi, plus je le sentais mieux. D'après Edward, je retrouvais mon "caractère de lutine" dès que je partais chasser, et bien que je j'avais affiché un air offensé à ses propos, cela m'avait fait plaisir. Il était l'un des rares à pouvoir comprendre comme il était frustrant d'être privé du pouvoir avec lequel on vivait depuis des décennies, et il essayait tant bien que mal de me rammener à eux. Je m'éloignais sans même m'en rendre compte, il était tellement aisé de se murer dans sa douleur... Seul Jasper était constamment avec moi, et jamais je ne le remercierais assez. Il était la Lumière de ma vie, sans lui rien n'avait plus de sens. Il était étonnant de voir à quel point le régime dit "végétarien" pouvait améliorer la capacité retionnelle des vampires... Dans notre famille, tout le monde était en couple, heureux, et aimait les autres comme leur propre vie, et quoique je subisse, je ne pouvais imaginer même les quitter. 

    Jasper sentait mes émotions prendre un tout autre tournant, j'étais sûre qu'il percevait l'amour auquel je pensais si fort. Il attrapa ma main, que je serrai comme si ma vie en dépendait. Nous ne cessions de courir, souples et toujours plus rapides, impatients de chasser. Nos prunelles étaient d'un noir profond, un jour de plus sans se nourrir aurait été dangeureux, surtout pour Jasper. Il de débrouillait de mieux en mieux avec le sang humain, mais inutile de tenter le diable. Nous côtoyions beaucoup trop d'humains pour prendre ce risque, aussi infime soit-il. Renesmée, Nahuel, Charlie... Ils avaient tous une part vivante qui attirait irrésistiblement notre gorge. Même penser à eux éveillait la douleur sourde si familière, mais je l'ignorait facilement, comme nous tous. Le sang animal ne nous comblait pas tellement, mais on y était habitués depuis si longtemps que cela suffisait. Jasper avait besoin de chasser plus souvent, et je l'accompagnais presque à chaque fois. Mais nous n'avions pas chassé depuis plus de deux semaines, et la soif commençait à devenir trop importante pour pouvoir l'ignorer. De toutes façons, plus nous nous éloignions de la villa mieux c'était, tous savaient que je supportais de moins en moins la douleur.

    L'odeur fade d'un troupeau d'élans chatouilla nos sinus et, d'un commun accord, leur direction fut la nôtre. Ils se trouvaient à un petit kilomètre, peut-être plus... Ca serait facile, amusant même. Je pouvais enfin nous voir, rassasiés, assis sur l'herbe humide. Mais quelque chose brouillait ma vision, qui ne me donnait pourtant aucun maux de tête. Cette sensation nouvelle me surprit tant que je m'arrêtai, incrédule. Jasper avait sentit mes sentiments et avait fait de même. Les moments presque omniprésents désormais où je perdais mon don étaient synonymes de douleur, là je ne voyais rien mais j'étais sereine. C'était comme plonger dans un bain chaud après une journée de dur labeur, j'étais soulagée. Mes visions des Volturi étaient mois floues aussi, de même que je voyais mieux n'importe quel autre vampire ou humain qui n'était pas lié aux loups et aux hybrides. Notre futur était toujours aussi noir... C'était néanmoins suffisant, je pouvais m'estimer heureuse d'avoir trouvé une façon de contrer les déficiences de mon don. Mais à quoi, ou à qui devais-je ce changement ? Je ne percevais aucune présence vampirique alentour, bien qu'une odeur ambiante et légère subsitait à cause de nos fréquents passages. J'inspirai profondément dans l'espoir de trouver quelque chose de nouveau, et je ne fus pas déçue. A mes côtés, Jasper me questionnait du regard, mais je ne pris pas la peine de lui réponde tout de suite. Au travers des odeurs musquées du bois, il y avait quand même quelque chose. C'était faible et éloigné, mais bien réel. Le parfum d'un hybride. Je commençais à connaitre parfaitement les subtilités de cette "race", et bien que Nessie ou Nahuel eussent leur propre senteur, je pouvais reconnaitre sans mal l'odeur que je venais de repérer. Il y avait donc un hybride non loin... La curiosité la poussait à aller voir, car c'était la seule personne présente alentours, et pas un instant je ne fut éfleurée par le doute de la prudence. Il n'en allait pas de même pour Jasper, évidemment, et avant qu'il ne puisse me retenir, je lui fit part de mes sentiments : 

    « Ecoute, tu as aussi bien reconnu que moi cette odeur, et je pense que tu avais compris mais... Mon mal de tête a brusquement disparu, et quelque soit l'hybride qui se terre là-bas, je veux aller voir. Rien ne m'arrêtera, je veux trouver la personne avec un don aussi extraordinaire ! Tu peux m'attendre, mais je sais que tu n le feras pas. »

    Je lui adressai un sourire attendri et, sans lâcher sa main qui de toutes façons n'aurait pas quitté la mienne, je commençais à courir en direction de l'odeur. La forêt filait à toute vitesse, et en moins d'une minute, nous étions si près que nous percevions les battements rapprochés du petit cœur de l'hybride. Nous étions dans une sorte de petite clairière enfouie sous la végétation et perdue, loin de toute vie humaine. Il n'y avait aucune trace d'éventuels randonneurs, mais une cabane vulgairement construite en bois brut se tenait au milieu, prête à s'effondrer à la prochaine pluie. C'était du moins l'impression qu'elle donnait, mais mes sens aiguisés me permettait de savoir qu'elle était solide, et habitée. Petit colibri perdu dans l'immensité des montagnes, le cœur du fameux hybride était si proche qu'elle le sentait bourdonner à ses oreilles. Ici, il y avait également le fumet d'un vampire inconnu, beaucoup plus faible que celui mêlé de sang de l'incconu. Je m'arrêtais net, Jasper avec moi, et je serrai plus fort encore sa paume. Les croisements entre humains et vampires étaient censés être rares nom de Dieu ! Et voilà que nous trouvions, en pleine forêt, une de ces raretés... Je croyais avoir tout vu, et bien j'avais tort. Je ne savais que faire, mais le choix allait de soi. Seule cette créature avait pu "soigner" mes maux, et je voulais la voir coûte que coûte. Après tout, je ne risquait vraiment rien avec un combattant tel que Jasper à mes côtés, et j'étais moi même plutôt douée dans ce domaine. De plus, que pourrais bien nous faire quelqu'un moins puissant que nous ? Sans attendre plus, je m'approchais, lentement mais avec cette grâce étrange commune aux vampires qui me donnait soi-disant un air de lutin. La porte n'était pas verrouillée, et je l'ouvris de ma main libre, ignorant à quoi m'attendre. J'avais un peu peur de ce que j'allais découvrir, et si sang il y avait, ça ne serait bon ni pour Jasper ni pour moi. Avec une lenteur exagérée, je la poussais tandis que mon mari tentait sans résultat de m'en retenir. Je faillis laisser échapper un hoquet de surprise : au fond du cabanon, dans une attitude mi-offensive mi-défensive, une fillette à la beauté époustouflante. Il s'agissait de l'hybride, sans doute aucun. Ses petits membres criaient sa peur et son désir de vengence, mais ce qui me frappa le plus fut son regard, si mature et si enfantin... Elle ne devait avoir que quelques mois, avec cependant une apparence d'une enfant de deux ans. Je soufflais doucement, plus pour moi-même que pour Jasper, des paroles que la petite pouvait entendre facilement : 

    « Oh mon Dieu, oh mon Dieu... ! Comment est-ce possible Jasper ? Ici, et seule... Laisse moi y aller, elle ne me fera aucun mal. »

    Ça en revanche, je pouvais le prédire. À contrecœur, il me laissa avancer doucement vers la fillette, non sans réprimer une objection. Qu'importe, la petite ne pourrait me faire aucun mal, elle était si adorable ! Subjuguée, je m'accroupis, la main de Jasper toujours dans la mienne, et j'entonnais avec gentillesse et douceur des mots rassurants à l'hybride :

    « Bonjour ma chérie... Je m'appelle Alice, et lui c'est Jasper, mon époux. Peux-tu me dire ton nom ma puce ? Et ce que tu fais ici ? »

    Un sourire joyeux. Un regard de méfiance. Un soupir. Des prunelles angoisses. Des yeux émerveillés.

------------------------------

YOU&ME FORVERMORE
I just can't compare you with anything
in this world. As endless as forever, our
love will stay together. You're all I need
to be here with, forevermore.

Avatar by Rain (me)
Set by (c) bloddy angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— localisation : In the forest
— humeur : Assoifée
— un don ? : Aucun


MessageSujet: Re: « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]   Jeu 5 Aoû - 13:40

    Les genoux à moitié pliés, les bras legerement déployés, la petite hybride faisait face aux inconnus restaient derrière la porte. Son petit coeur battait la chamade à un tel rythme qu'il était comparable aux battements d'ailes d'un colibri affolé. Mackenzie écoutait les deux inconnus qui discutaient derrière la porte, elle savait qu'on l'avait trouvé, elle ne savait pas si elle devait bien le prendre ou si au contraire, elle devrait se précipiter dehors dès lors que la porte serait ouverte. Elle savait pertinnement que la porte n'était pas verouillée, son père biologique ayant pris soin de lui faire peur en lui faisant croire qu'il la taperait si elle osait pointer le bout de son nez dehors, d'ailleurs, elle n'avait jamais osé. Son père l'avait déjà frappé, quelques fois, quand il venait en dehors des journées de repas et qu'il n'avait rien d'autre à faire que d'aller taper sa fille. La petite hybride était marqué de coup à certains endroits, ses avants-bras étaient meurtris d'ecchymose de differentes tailles, quand à son visage, les differentes traces avaient fini par disparaître tout doucement, laissant un très léger gonflement sur son visage couleur ivoire.

    Les yeux de la petite hybride s'étaient rivés vers la poignet de la porte qui s'était mise à tourner dans un grincement affreux. La porte ouverte dévoila deux personnes, un grand blond, les cheveux bouclés ainsi qu'une femme, plus petite, plus svelte et qui semblait moins angoissée que le jeune homme. La jeune femme souffla quelque chose et Mackenzie n'eut aucun mal à le comprendre. Jasper ? Certainement le nom du jeune homme qui tenait possesivement la main de la petite femme. La petite hybride était totalement paniquée, elle ne savait pas comment réagir et elle s'était contenté de rester immobile contre le mur du fond. La petite hybride huma l'air et comprit pourquoi le jeune couple ne l'attiraient pas, ils n'étaient pas humain, ils étaient comme son père mais elle ne savait pas mettre de mots sur cette race. Leurs peaux d'une couleur blanche nacré refletaient les quelques rayons de soleil qui perçaient l'epaisse masse de feuilles au dessus d'eux, ce qui laissait apparaître une dizaine de petits éclats de diamant sur le bras droit du jeune homme, la seule partie de son corps qui était exposée au soleil. De plus, leurs coeurs ne battaient plus et seule le coeur de Mackenzie résonnait comme un bruit sourd dans ce silence religieux. Ils étaient tout sauf humain, ce qui l'effraya plus qu'autre chose lorsqu'elle s'imagina qu'ils étaient pareils que son père. Dur, inhumain, cruel étaient des mots qui collaient parfaitement pour son père.

    La jeune femme s'approcha après avoir jeté un coup d'oeil en direction du jeune homme. S'avançant d'une démarche gracieuse, la main dans celle de Jasper, la jeune femme se pencha en direction de Mackenzie. Sa voix fluette vint rompre le silence qui s'était installé depuis ses dernières paroles. Alice. Alice et Jasper. La petite hybride ne savait pas quoi répondre, elle ne savait même pas si elle était capable de lâcher un mot tellement elle était effrayée. Deux sentiments totalement differents avaient pris place en elle, son envie irrésistible de sortir de cette misère et la peur. Mackenzie était une enfant assez peureuse, il ne lui fallait pas grand chose pour l'effrayer, néanmoins, elle avait toujours apprit à combattre ses peurs toute seule même si il était vrai qu'elle avait peur de beaucoup de choses, le noir particulièrement, les bruits inquiètants et d'autre choses typique des enfants de son âge, physique ou mental. Ses yeux legerement rouges observaient avec peur mais aussi curiosité les deux personnes qui se tenaient devant elle, qui attendaient qu'enfin elle leur réponde. Prenant son courage à deux mains, elle laissa carillonner sa petite voix enfantine dans la cabane.

    « M'apelle... Mackenzie. »

    Ses petites joues s'étaient empourprées d'une teinte rosée qui contrastait legerement avec sa peau couleur ivoire. La petite hybride se calmait tout doucement, les battements affolés de son coeur laissant place à une mélodie legere de petits battements. Au bout de quelques secondes, Mackenzie se replaça correctement, laissant tomber sa posture défensive. Elle pensait que si ils lui avaient voulu du mal, ils ne s'y seraient surement pas pris ainsi et si problème il y avait, il ne lui faudrait que très peu de temps pour se replacer de la même manière que tout à l'heure. Se rapellant que la femme lui avait demandé ce qu'elle faisait ici, la petite hybride releva la tête afin de parler de nouveau, à la limite du chuchotement.

    « J'habite ici. »

    Mackenzie ne savait pas si elle devait parler de son père, c'était un sujet qu'elle n'aimait pas vraiment abordé. De une, elle n'avait jamais rencontré de personne hormis son père, de deux, il maintenait sur elle une pression et une peur qui effrayait totalement la petite. Cependant, elle finit par parler un peu plus, le tout avec concentration pour se rapeller de certains mots, en effet, Mackenzie ne parlait jamais et cela se révélait être une épreuve assez dure pour elle.

    « Ya le monsieur...»

    Elle ne le considérait pas vraiment comme son père, un père était censé aimé son enfant et non pas le terroriser. Elle continua au bout de quelques petites secondes.

    « Y vient me voir quelques fois et me donner un humain. »

    Elle pencha la tête et se tut, non désireuse de leur apprendre qu'il la frappait. Elle passa ses bras dans son dos, cachant ainsi les quelques marques les plus visibles. Néanmois, son père n'y mettait jamais toute sa force, sinon il y a bien longtemps que Mackenzie aurait succombé aux coups, il se contentait de lui faire mal, de lui rapeller à quel point elle était un monstre. Elle releva la tête, une moue triste mal dissimulé sur son visage avant de regarder l'un après l'autre les deux personnes en face d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


— localisation : Maison des Cullen
— humeur : Tout dépend de l'humeur des autres ...
— une citation ? : ~ Aimer d'un amour humain, c'est pouvoir passer de l'amour à la haine, tandis que l'amour divin est immuable. ~
— coté coeur ? : En couple avec la merveilleuse Alice Cullen ! ♥
— un don ? : Empathie avancée, je peux recevoir les sentiments des personnes qui m'entourent et les modifier.


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]   Mar 17 Aoû - 16:00

[C'est quoi ces pavés que vous me faites ? Je suis pas à la hauteur moi xD]

Jasper s'enfonçait dans la forêt. Il courrait à une vitesse plutôt normale, pour un vampire bien sur. L'appel du sang était fort, et le vampire était très pressé de chasser. C'est vrai que rien au monde ne pourrait jamais remplacer le sang humain, mais le sang animal était un bon substitut. Malgré tout, le faite de sentir que l'on est jamais entièrement rassasié, qu'il manque quelque chose, ce n'est pas très agréable. Mais Jazz' avait choisit ce mode de vie, tout d'abord car le faite de tuer des êtres humains le répugnait. Il en avait marre de mettre fin à des vies qui auraient put être longues et belles. Il ne supportait pas les sentiments qu'il ressentait entre le moment où il attrapait ses victimes et le moment où il les tuait, bien que cela ne durait que quelques secondes, les sentiments humains étaient très rapides. La peur, l'angoisse, la tristesse quand ils comprenaient ce qui allait leur arriver ... C'était horrible, surtout quand on est doté d'une empathie pareille à celle qu'avait Jasper. Ressentir et contrôler les sentiments des gens peut être un bon avantage, mais aussi un poids.
Mais il n'y avait pas que cette raison. La deuxième se prénommait Alice. Pour elle il aurait tout fait. Il la suivrait partout et partagerait sa vie, peu importe laquelle. Il ne supportait pas d'être séparée d'elle, et il ferait tout pour la rendre heureuse. C'est pour ça que ces derniers temps, il était d'humeur mauvaise, car il sentait que sa chère et tendre souffrait. Tout le monde le voyait, tout le monde le savait, mais lui, il le ressentait en plus. Et même quand il essayait de remplacer la souffrance et tout ce genre de chose par du bonheur et de la sérénité, cela ne durait jamais bien longtemps. Malgré tout, il était toujours là pour elle, il essayait de l'aider aussi bien qu'il le pouvait.

Aujourd'hui, le faite de s'éloigner de la maison pour aller chasser rendait le sourire à Alice. Ses mots de têtes disparaissaient au fur et à mesure qu'elle avançait dans la forêt. Jasper courrait à côté de sa femme, et il sentit le sentiment d'amour qui l'avait envahi. Il lui sourit donc et prit sa main, main qu'elle serra très fort. Ils continuèrent de courir comme ça, main dans la main. Ils ne tardèrent pas à sentir l'effluve d'un troupeau d'élan. C'était une perspective réjouissante car le vampire blond avait vraiment très soif. Malgré tout, il arrivait à ignorer bien mieux la brulure de sa gorge depuis quelques temps. Il se contrôlait mieux, il était plus à l'aise avec les humains. Mais il ne préférait pas tenter le diable. Il ne savait pas vraiment comment il réussirait à se débrouiller si quelqu'un se coupait alors qu'il était mort de soif. Il arrêta tout de suite de penser à ça car le feu de sa gorge avait redoublé de force avec cette pensée meurtrière.

Soudain, Alice s'arrêta. Ressentant son désarroi, Jasper fit de même. Il huma l'air et puis sentir une odeur qu'il commençait à bien connaitre. Un hybride. Il y avait donc quelqu'un de mi-vampire mi-humain dans le coin. Le jeune vampire ne voulait pas s'attarder, cependant sa femme ne semblait pas de cette avis. Elle voulait aller vers l'origine de cette odeur, elle semblait interloquée. Jazz' n'était pas d'accord d'y aller, cependant elle ne lui laissa pas le temps de protester :


- Ecoute, tu as aussi bien reconnu que moi cette odeur, et je pense que tu avais compris mais ... Mon mal de tête a brusquement disparu, et quelque soit l'hybride qui se terre là-bas, je veux aller voir. Rien ne m'arrêtera, je veux trouver la personne avec un don aussi extraordinaire ! Tu peux m'attendre, mais je sais que tu ne le feras pas.

Sur ce point, elle avait raison. Jasper refusait de la laisser aller seule à la rencontre de cet hybride. Qui sait ce qu'ils allaient trouvez là-bas. C'était bien trop dangereux de la laisser y aller seule. C'était aussi dangereux d'y aller à 2, mais bon ... Elle était tenace, et lui cédait très facilement à ses moindres envies. C'est donc ensemble qu'ils changèrent de direction, laissant tranquille le troupeau d'élans. Ils coururent , toujours en se tenant la main, en direction de l'odeur. Ils ne tardèrent pas à arriver dans une clairière envahie par la végétation, où trônait une cabane en bois construite à la va vite. D'ici Jazz' arrivait déjà à entendre le coeur entrain de battre. Pas de doute, il y avait bien un hybride dans le coin. Une effluve très légère de vampire aussi. Il ne devait pas être dans les parages, il ne devait d'ailleurs pas être venu depuis quelques jours. Un danger de moi. Cependant il ne savait toujours pas comment était cet hybride. Un enfant, un adulte ? Il n'y avait qu'une façon de le savoir, c'était d'aller voir. De toute façon Alice n'avait pas l'air d'avoir envie de s'arrêter ici. Ils avancèrent donc doucement vers la maisonnette, et la belle vampire poussa la porte qui était ouverte.
Le choc qu'ils reçurent tout les deux en voyant une petite fille, âgée physiquement de 2 ans, mais de quelques mois réellement, assise par terre dans un coin de la minuscule pièce. Elle semblait apeurée, et en même temps méfiante. Elle n'avait pas l'air dangereuse non plus, mais elle restait un vampire.


- Oh mon Dieu, oh mon Dieu ... ! Comment est-ce possible Jasper ? Ici, et seule ... Laisse moi y aller, elle ne me fera aucun mal.

Seule, le jeune vampire n'en était pas certains. Certes, là elle était seule, mais pour combien de temps encore ? Si ça se trouve un vampire allait arriver, emmenant à ''manger'' pour la petite. Une vieille odeur d'humain flottait d'ailleurs dans l'air, chose qui raviva la brûlure de la gorge de Jasper. Il observa Alice s'avancer doucement, et s'accroupir devant la gamine. Il lui tenait toujours la main, prête à la tirer vers lui et à s'en aller dès que le moindre danger se ferait ressentir.

- Bonjour ma chérie ... Je m'appelle Alice, et lui c'est Jasper, mon époux. Peux-tu me dire ton nom ma puce ? Et ce que tu fais ici ?

Alice était très douée avec les enfants. Elle savait leur parler gentiment et être douce, chose que Jasper ne savait pas faire. Pourtant, contrairement à sa soeur, Rosalie, elle n'avait jamais rêvé d'avoir un enfant, ou en tout cas elle n'était pas obsédée par cette idée comme la belle bonde.

- M'appelle ... Mackenzie.

Il sur que n'importe qui aurait été attendri par cette magnifique enfant. Elle était adorable et mignonne, et avait une beauté époustouflante, certes, mais Jasper était trop sur ses gardes pour être attendri. La seule qui réussissait à l'attendrir était Alice, quand elle faisait sa petite moue.
Mackenzie avait toujours peur. Jasper le sentait. Il lui envoya une bouffée de calme et la petite lâcha rapidement sa posture défensive pour adopter une position plus simple et plus décontractée.


- J'habite ici.

Qu'il était bizarre de voir une enfant parler. Renesmée, à son âge, parlait très rarement. Elle préférait son don et ne se servait que très rarement de la langue humain. Evidemment maintenant elle parlait comme tout le monde, mais petite son dons lui était d'une grande utilité.

- Ya le monsieur...

Il était évident aussi que Mackenzie ne devait pas parler bien souvent. D'ailleurs, elle devait être souvent toute seule. Elle ne pouvait donc pas parler à grand monde.
Jasper savait très bien que cet enfant ne pouvait pas être toute seule. Quelqu'un l'avait forcément créé, ou plutôt un vampire avait forcément eu une relation avec quelqu'un pour que cette enfant naisse. Il était évident qu'elle n'allait pas chassé tout seule non plus.


- Y vient me voir quelques fois et me donner un humain.

Jasper lança un regard à Alice, comme pour lui dire qu'il le savait et qu'il ne fallait pas qu'ils soient là. Mais la belle vampire brune ne semblait pas déterminée à partir. Elle semblait déjà s'être attachée à cette enfant. C'est vrai qu'elle était très mignonne, plus que mignonne même, belle, elle était attendrissante et ...
Non ! Jasper ferma les yeux un instant. Il était lui aussi entrain de se laisser attendrir par cette petite, bien qu'il ne soit pas aussi démonstratif que sa compagne. Il savait que s'attaché à une enfant qui risquait à tout moment de se faire tuer, c'était du grand n'importe quoi.
Vu qu'Alice gardait le silence, Jazz répondit :


- Ce monsieur, il est comme nous ?

Jasper ne faisait pas preuve de la douceur et de la gentillesse de son épouse, pourtant il essayait d'être moins dur que d'habitude. Efforts qui n'allaient certainement servir à rien, il n'était pas fait pour être doux, c'est un fait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« A special meeting [ PV Alice & Jasper Cullen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resurrection :: •• FORKS •• :: La forêt -