AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 You're strange, that's all I really know. pv. Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Lun 10 Mai - 22:57

You're strange, that's all I really know.



    Carmen dirigeait avec facilité le bolide qui filait à une vitesse déconcertante. Elle longeait l'épaisse forêt en bordure de l'autoroute s'éloignant peu à peu de la grande villa des Cullen. Elle se dirigeait vers le centre de Forks laissant derrière elle un Eleazar un peu réticent de la laisser s'éloigner seule, dans une ville truffée de loups. La jeune femme avait cependant insisté pour qu'il passe du temps en compagnie de leurs cousins adoptifs, tandis qu'elle profiterait de sa solitude pour rêvasser tranquillement. Les épais nuages gris et menaçant qui cachait le soleil, auraient éloignés les éventuels promeneurs, mais ne dérangeaient nullement la jolie vampire, qui souhaitait au contraire profiter de l'absence de soleil pour circuler librement. Ne pas être dans l'obligation de se dissimuler dans les moindres parcelles ombragées la ravissait. Alors qu'elle atteignait le centre-ville aussi exigu que la bourgade elle-même, les nuages commencèrent à se dissiper progressivement, laissant le ciel sombre parsemé de tâches bleutées. La jeune femme afficha une moue déçue devant les rayons dorés qui illuminaient à présent la rue pour le moment déserte, mais qui ne tarderait pas à se remplir. Alors qu'elle envisageait de repartir, ses prunelles ambrées s'illuminèrent soudainement, en se posant sur le centre-commercial qui lui faisait face. Elle pourrait profiter de l'occasion pour faire un peu de shopping à l'abri du soleil, ce qui lui convenait parfaitement. Bien que les boutiques ne se révéleraient probablement pas très attrayantes, déambuler sous des néons éblouissant sans avoir à se cacher était assez agréable, voir amusant. Elle avait par précaution déjeuner le matin même, bien qu'elle se sache parfaitement apte à se contrôler. Elle ne souhaitait en aucun cas prendre des risques. Elle s'engouffra dans le grand bâtiment avant de retirer le chapeau et les imposantes lunettes de soleil qui dissimulaient son doux visage. Elle pénétra dans quelques boutiques d'une démarche fluide. Laissant les vendeuses déconcertées par sa beauté et sa grâce. La jeune femme avait conscience des regards qui lui vrillaient le dos. Elle les ignora de son mieux, n'étant pas particulièrement satisfaite d'être ainsi dévisagée. Elle ne tirait aucune satisfaction d'être le centre d'intérêt, bien qu'elle y soit habituée. Alors qu'elle poursuivait sa promenade, une fragence inhabituelle attira son attention, assez désagréable pour qu'elle lui fasse froncer le nez. Elle se figea en apercevant à une vingtaine de mètres de là, celle qu'elle avait cherché à plusieurs reprises avant de renoncer.

    "Serena Ellwood" souffla-t-elle.

    Elle avait murmuré ces paroles et bien que les humais les plus proches n'aient rien perçus, la jeune louve se retourna et la dévisagea. Carmen fut surprise par l'éclat qui se reflétait dans ces yeux. Vêtue légèrement, Serena la dévisageait et Carmen crut lire dans son regard brulant de la haine. Elle fut surprise que sans la connaitre réellement, elle puise sembler la détester à ce point et c'est avec peine qu'elle réprima un mouvement de recul. Elle avait parfaitement conscience que les vampires et les loups n'étaient pas faits pour s'entendre. Son ouverture d'esprit la persuadait malgré tout, qu'il était impossible de haïr une inconnue. De plus Serena n'était pas une louve ordinaire et elle tenait vraiment à lui parler... Elle ficha une nouvelle fois son regard, désormais teinté d'une détermination infaillible dans celui de la louve. Elle savait que la possibilité que la louve accepte de la suivre pour discuter tranquillement était quasiment nulle, mais il n'était pas dans sa nature de se décourager si facilement. Ses chances étaient infimes, elle se devait d'essayer. Elle cessa de tergiverser pour se concentrer sur son objectif. Bien que l'ensemble de ses réflexions n'ait duré qu'une poignée de secondes, elle eut l'impression d'avoir réfléchis des heures quand elle prit la parole.


    "Je désirerais te parler."

    Énonça-t-elle simplement, mais sans flancher, d'une vois aussi basse que la première fois. Elle savait que son interlocutrice l'avait entendu. Elle attendit patiemment, tout en redoutant sa réponse. Elle espérait.

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...


Dernière édition par Carmen Denali le Ven 9 Juil - 1:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Ellwood
    » SERENA , a good vampire is a dead vampire !

avatar


— humeur : Sadique, histoire de vous embêter !
— coté coeur ? : Sometimes with Nathan
— un don ? : Mutation en louve au pelage noir sur le dessus et blanc-gris en dessous.


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Jeu 8 Juil - 19:15

    Serena secoua sa longue chevelure brune juste devant la serveuse qui lui apportait un café et une gigantesque brioche aux myrtilles. L'infortunée femme, pourtant jolie, vouta les épaules et cessa de faire jouer son charme lorsque l'homme qu'elle tentait d'envoûter regarda la belle indienne qui, impitoyable, lui adressa un clin d'oeil et sirota une gorgée de sa tasse. La caféine la rendit encore plus lucide, donc plus cruelle. Le jeune homme qui avait succombé à ses boucles et ses yeux chocolats s'était levé et s'approchait  d'elle avec un sourire qu'il croyait charmeur tandis que la serveuse repartait en lui lançant un regard haineux. D'un geste étudié, Serena sortit son portable de son sac et observa l'heure qui s'y affichait. Dans une heure, elle devrait être aux falaises où Nathan l'attendait pour qu'ils plongent ensemble dans la mer agitée. Elle avait largement le temps, puisqu'elle allait courir sur le trajet, certes un peu long mais faisable en une vingtaine de minutes pour un loup - sous sa forme humaine. Elle avait hâte de passer ce moment avec l'objet de son imprégnation, de retrouver ces instants de bonheur simples et d'oublier son caractère quelque peu acrimonieux. Avec Nath, elle n'était plus cruelle ni distante, elle était elle-même. Mais sûrement pas avec ce déchet qui croyait qu'il lui avait tapé dans l'oeil. Elle se leva, laissant ce qu'elle avait commandé et presque terminé, et lui tourna le dos d'une façon si insolente qu'il faillit s'étouffer, puis s'éloigna sans but précis. Elle n'était pas vraiment à l'aise dans un centre commercial, surtout dans celui-ci qui n'était pas digne de ce nom. Sa vie, elle la passait dehors, à l'air libre, en symbiose avec sa nature et son corps, et là elle étouffait. Incapable de de décider pour tel ou tel magasin, elle errait au hasard, sa grande taille et son physique étonnant attirant les regards. Elle n'avait pas envie d'entrer dans une quelconque boutique de vêtements mais plutôt de se nourir. Elle avait tout le temps faim, quelque soit l'heure, et mangeait énormément sans prendre un gramme, avantage indéniable de sa condition de louve. Elle sortit son porte monnaie, presque vide, et s'engagea dans la file d'attente d'une boulangerie. De merveilleuses effluves embaumaient l'air, des odeurs que, piètre cuisinière, elle peinait à reproduire. Nathan s'occupait toujours des repas, il était bien meilleur qu'elle dans ce domaine. Un petit sourire attendri naquit sur les lèvres de Serena, comme chaque fois qu'elle pensait au loup de son cœur. Elle n'en revenait pas de l'aimera autant, six ans auparavant cela lui aurait paru impossible. Tout ce qui régissait sa vie avait disparu lorsqu'elle l'avait vu pour la première fois en tant que louve, et tout avait été relié à lui. Expérience inoubliable et magnifique.

    Toujours perdue dans ses pensées, elle acheta une baguette de pain français pour elle et Nathan - qui auraient sûrement faim après avoir plongé - et repartit en direction de l'artère principale, presque vide. Les centres commerciaux de Carlifornie égaient si grands et si pleins que Serena en avait pitié pour Port Angeles et l'État de Washington. Heureusement, le territoire Quileure était bien plus agréable avec ses falaises, des plages, ses petites habitations et sa nature plus propre aux légendes. Elle s'y sentait bien, mieux qu'à Los Angeles. La meute de Sam Uley, étrange mais droite, et celle de Jacob Black, plus mystérieuse encore avec ses liens vampiriques et accueillante laissaient sous-entendre une histoire extraordinaire. Elle avait d'ailleurs hâte de parler avec Jacob. Comment pouvait-il supporter l'odeur infâme, écœurante et synonyme de crimes des vampires ? L'odeur trop froide et sucrée qui emplissait ses narines à l'instant... Serena de retourna si vivement qu'elle en devint floue : elle n'avait imaginé l'odeur qui lui brulait les sinus ! Une belle femme, vampire sans doute aucun, se tenait là, au milieu de l'allée, gracieuse et légère. Elle avait la peau tipex, blafarde et inhumaine, qui luisait très faiblement, une lueur que seule Serena avait la capacité de percevoir. Ses cheveux étaient mis-longs et sombres, et un petit air hispanique aurait pu se dégager de la sangsue si ses yeux n'étaient pas dorés... Dorés ?! Comment était-ce possible ? Il devait s'agir de lentilles colorées, obligatoirement. Les prunelles d'un vampire étaient censées être écarlates ou bordeaux, mais en aucun cas jaunes ! En même temps, la brune dégageait une telle aura de bonté que Serena avait été surprise. Ses traits n'étaient pas empreints de férocité, mais d'une douceur qui n'était pas sans rappeller celle de son "père" adoptif. Choquée, elle réussit quand même à se composer un air dégoutée. Elle n'en revenait pas, ses plus profonds souvenirs d'enfant remontaient, brisant net sa détermination. Elle n'était pas habituée à subir pareils chamboulements, et tout son être était mobilisé par la défaillance de sa carapace autrefois si infaillible. Elle aurait dû se concentrer sur son ennemie jurée postée en face, et tout ses sens lui criait de le faire, mais elle n'y arrivait pas. Elle revoyait le visage marmoréen de son père adoptif, dont elle ne voulait pas même penser le nom. Elle le revoyait, s'occupant d'elle étant malade, la couvrant d'une couverture qu'elle repoussait inlassablement avec fièvre, faisant naitre un sourire attendri sur les lèvres du vampire... Elle n'arrivait à savoir si elle l'aimait encore, mais l'odeur de la vampire en face lui rappelait trop celui qui l'avait élevée pour qu'elle songea un instant qu'il ne comptait plus pour elle. De cela elle rait certaine, mais elle était tellement perdue... Nathan loin d'elle, elle redevenait cette petite fille brisée et vulnérable. Une larme coula le long de sa joue halée sans même qu'elle ne s'en rende compte... Serena Ellwood.

    Elle reporta son regard sur la sangsue inconnue, qui semblait pourtant la connaitre. Son joli soprano chantant lui avait donné envie de la démembrer, en commençant par sa misérable tête de granit. Comment pouvait-elle connaitre son nom ?! Seul un vampire le connaissait, et il était peut-être mort à l'heure actuelle. La haine envahit ses yeux et son esprit embrumé, et elle répondit brusquement à la brune, crachant presque de dégout :

    « Qui est-tu sale sangsue ? Comment ose tu prononcer mon prénom, après ce que ta race m'a fait ? Comment peux tu me connaitre, je n'ai rien à voir avec des cailloux comme vous ! »

    Il n'était pas bon de menacer ainsi un vampire, surtout devant tant d'humains, mais elle sentait son sang Winnipesaukee vibrer dans ses veines, elle sentait la bouffée de châlit venir, mais elle savait qu'elle résisterait. Elle ne se transformerait pas, mais ce n'était pas l'envie qui lui manquait d'arracher la tête de cette gourde brune. Les vampires avaient massacré sa tribu, et sa vengeance n'avait toujours pas eu lieu...

------------------------------

Drink my soul.

WILD CHILD, FULL OF GRACE. NATURAL CHILD, TERRIBLE CHILD.
Take me, I'm alive. Never was a girl with a wicked mind
But everything looks better when the sun goes down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Sam 10 Juil - 2:15

    La tirade de la jeune louve heurta Carmen de plein fouet. La violence de ses paroles, associée au ton sur lequel elle les avait prononcées la déstabilisa. Elle avait été stupide, stupide de penser que la jeune Winnipesaukee la suivrait sans un mot. Accepterait d'écouter tout ce qu'elle avait à lui dire....

    Profondément blessée, elle détourna son regard des prunelles meurtrières de son interlocutrice. Si elle avait envisagée que la réaction de Serena soit négative. Elle ne se doutait pas qu'elle aurait cette ampleur. Elle peinait à croire qu'en ayant côtoyé un vampire dans son enfance, la jeune fille puisse à ce point être révulsée par cette espèce. L'indienne avait répondu précipitamment, sans le moindre doute quand à son refus catégorique. Elle dégageait une assurance qui aurait parut infaillible à quiconque, excepté à Carmen. Il n'échappa pas à la vampire brune dont la bonté, la compassion et la sensibilité semblaient sans limites, la faiblesse de celle qui lui faisait face. La louve s'était trahie elle même. La minuscule perle salée qui avait naquit au coin de son œil pour aller se briser à la commissure de ses lèvres avait achevée de convaincre la belle hispanique. Elle savait qu'à l'heure actuelle la jeune fille la détestait et qu'elle rêvait de la voir morte. Sentiment de haine profond qui la dépassait. Une porte s'était malgré tout ouverte. Carmen pouvait la convaincre de la suivre. Ce ne serait pas chose aisée mais il y parviendrait avec un peu de chance. La vision de la vampire l'avait perturbée, avait fait refluer en elle des émotions et des pensées qu'elle s'interdisait. La jeune femme avait conscience de tout cela. Elle savait qu'elle était la faiblesse de la louve. Elle réalisa que Serena ne connaissait pas l'existence des vampires "végétarien", tels que ceux qui lui étaient chères. Mais uniquement celle des vampires qui l'avaient blessé, lui avait fait du mal et lui avaient volé ceux qu'elle aimait.

    Carmen se rendit soudainement compte qu'elle avait dût blesser la jeune fille ou du moins réveiller une douleur profondément ancrée en elle. Elle regretta de l'avoir abordé ainsi. Les paroles dures que lui avait lancé son interlocutrice étaient justifiées. Elle le savait. Elle n'avait pas eut le choix quoi qu'il en soit. Elle était à présent mortifiée et s'en voulait profondément. Elle avait été maladroite alors qu'elle connaissait le passé de Serena. Un flot de pensées contradictoires se bousculait dans l'esprit de la belle vampire. Elle se doutait que la louve vivait probablement la même expérience.
    Lorsqu'elle osa enfin croiser le regard de la Winnipesaukee. Ses réflexions, aussi nombreuses soient elles, ne lui avaient pris que quelques secondes. La haine était dans son regard, omniprésente.


    Je serais ravie de répondre à tes questions. Il me semble que ce n'est cependant pas le lieu idéal pour en discuter...lui souffla t-elle.

    En effet Serena ne s'était pas embarrassée de précautions et avait énoncé haut et fort le fond de sa pensée. Ce qui avait eut pour effet d'attirer quelques curieux. Et bien que ces derniers n'aient eu en aucun cas, la possibilité de comprendre l'échange verbal des deux femmes, il était plus prudent de poursuivre leur discussion ailleurs.


    Tu ne me connais peut être pas... Du moins tu ne te souviens pas de moi, mais tu peux déjà juger à la couleur de mes yeux que je suis différente des vampires qui ont fait du mal à tes proches... J'aimerai vraiment que tu acceptes de m'écouter, mais je comprendrais que tu refuses...
    Je t'attendrais à l'arrière du centre commercial, viens m'y rejoindre si tu souhaites entendre ce que j'ai à te dire.


    Si Eleazar avait entendu la proposition que Carmen venait de faire à la louve, il en serait mort au sens propre du terme, d'inquiétude. La belle vampire avait conscience des risques qu'elle encourait, du danger que représentait une discussion entre loup et vampire, sans le moindre témoin apparent. Elle avait déjà prit une décision. Elle ne blesserait pas Serena. Si l'indienne décidait de la liquider, elle se contenterait d'esquiver ses attaques... C'était dangereux, mais en aucun cas infaisable ! Elle pouvait se montrer très rapide. Et puis elle attendait de pouvoir lui adresser la parole depuis tellement longtemps !

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...


Dernière édition par Carmen Denali le Dim 29 Aoû - 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Ellwood
    » SERENA , a good vampire is a dead vampire !

avatar


— humeur : Sadique, histoire de vous embêter !
— coté coeur ? : Sometimes with Nathan
— un don ? : Mutation en louve au pelage noir sur le dessus et blanc-gris en dessous.


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Ven 30 Juil - 0:27

    Serena était choquée. Elle venait de crier à la face du monde sa véritable nature fantastique, devant ses habitants ignares. Jamais elle ne l'avait fait, quel effet nocif pouvait bien avoir cette vampire ? Elle était comme tant d'autres, rien de plus rien de moins, hormis ses yeux jaunes.Il était rare qu'elle perde ainsi le contrôle d'elle-même grâce à sa lourde condition d'Alpha, quelle chef pitoyable elle faisait... Nathan aurait mérité ce titre, calme et réfléchi, il ne se laissait pas guider par ses émoptions. Cette hiérarchie devait bien avoir un sens, mais elle ne lui avait sans doute été donnée que par le hasard du temps. Première arrivée, première servie. En même temps, sa "meute" était si petite... La solitude lui pesa soudain, et elle regretta ses anciennes amies. Qu'elles soient Winnipesaukee ou Californiennes, elles avaient toujours été extraordinaires, surtout Lora. Mais tout ceci était si loin. Et là, elle se trouvait devant son pire ennemi héréditaire, et tenace avec ça. Serena aimait bien se dire qu'elle était sadique et impytoyable, mais en vérité elle n'avait pas tué tant que ça. Dommage. La grande hispanique serait la quatrième sur la liste. Elle voulait absolument lui parler, mais de quoi ? Qu'est-ce qu'un caillou pouvait-il bien dire d'intéressant ? Et de toute façon, elle n'en avait rien à faire. Seulement, la belle vampire avait trouvé les bonnes paroles pour convaincre Serena de la suivre. D'abord, son esprit compétitif et impusilf lui criait d'aller donner une bonne leçon à cette sangsue de malheur. Ensuite, cette dernière avait à sa place remit les obligations de secret en priorité, et cela, Serena ne pouvait l'ignorer. Les humains ne devaient pas savoir, elle devait les protéger. Et elle n'allait pas tuer cette vampire en plein milieu du paradis de l'arnaque non ? Tentant, mais hélas impossible. Elle était donc obligée de la suivre, elle était quoiqu'il en soit en mesure de se défendre devant cette chiffe molle.Elle la suivit donc à l'arrière du centre commercial, la bile et le dégoût aux lèvres. Chaque pas la rapprochait davantage de l'odeur nauséabonde de son interlocutrice, chaque pas était une torture mentale pour Serena.Elle suivait un vampire non d'un chien ! Nath en serait mort d'inquiétude, même s'il savait sa sauvage amie à même de se défendre. A juste titre. Serena allait se mettre en retard, et au bout d'une minute, il partirait à sa recherche. Mais qui sait où elle serait alors ? Et elle avait encore une heure devant elle... Seule donc, encore un fois. assez, elle en avait plus qu'assez. Elle secoua ses boucles brunes, qu'elle pouvait se permettre d'avoir longues grâce à son immense envergure lupine dûe à son rang et son caractère. A dire vrai, seul son pelage blanc faisait tache. Mais celui-là, elle le devait à sa vie et son coeur froid, malgré sa chaleur corporellle.En fait, elle était beaucoup trop proche des vampires... La seule personne qu'elle fréquentait, c'était Nathan!; Il était temps qu'elle voit du monde avant de faire une crise existencielle. La vie était trop courte pour rester ainsi, elle se devait de faire éclater ses désirs. Alors qu'importe, elle se lançait après une sangsue, qu'en avait-elle à faire ? Les paroles de la belle vampire sur ses proches lui avaient mis la puce à l'oreille, comment la conaissait-elle réellement ? Seul Nath était au courant... Sa curiosité et sa haine attisées, elle dirigea sans en faire mine la vampire à l'extérieur, juste à l'extrémité du centre. Passant une porte désuette, elle se retourna en fixant sa compagne de son dur regard noir en lui lançant d'une voix noire :

    J'accepte de t'écouter, mais si tu bouges et tu pars sans dire au revoir à ta petite famille de caillous. D'abord, qui es tu ? Tu connais mon passé, alors que personne n'est au courant, comment sais-tu qui je suis vraiment ? Pourquoi tes yeux sont-ils jaunes ?Je ne répondrais pas à tes questions avant que tu ne l'ai fait... Et je suis plutôt rapide pour me transformer. Je comptes juqu'à dix.

    Son ton avait été suffisamment clair pour que le message passe. Son regard hargneux témoignait de lui-même.Elle était tendue, prête à bondir en mutant, tout muscles bandés. La vampire a l'air si doux ne pouvait lui faire aucun mal, elle en était certaine. La vanité n'apporte rien de bon, tu le sais Senny. Elle serra les dents, ignorant la douce voix de son père... Un, deux, trois... Elle sentait ses rares points faibles pointer le bout de leurs nez, ignorant sa détresse solitaire. Elle était vraiment mal en point, plus que jamais, et encore une fois à cause des sangsues. Elles lui avaient tout pris, sa tribu, ses amis, sa famille, et maintenant son courage... La haine emplit son coeur, plus puissante que jamais. Quatre, cinq, six...

------------------------------

Drink my soul.

WILD CHILD, FULL OF GRACE. NATURAL CHILD, TERRIBLE CHILD.
Take me, I'm alive. Never was a girl with a wicked mind
But everything looks better when the sun goes down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Ven 30 Juil - 14:38

    Carmen se retourna lentement. Se retourner ? Alors que tout son corps lui criait que c'était la pire chose à faire !? Cependant voilà, elle devait démontrer à Serena qu'elle avait confiance en elle, qu'elle ne la craignait pas... Tendue, la totalité de ses sens en alerte, la belle vampire se dirigea d'un pas vif vers la sortie. Elle redoutait la décision de la louve et c'est avec étonnement qu'elle constata que cette dernière la suivait. Elle emprunta une porte de service, aussi discrète qu'un courant d'air et survola littéralement la dernière volée de marches la séparant de la sortie. Une fois à l'extérieur du bâtiment, elle inspira une profonde bouffée d'air frais, sans prendre toutefois la peine d'analyser les senteurs qui l'entourait et se retourna pour faire face à son interlocutrice. Alors qu'elle s'apprêtait à prendre la parole cette dernière la devança en s'élançant dans une tirade froide et dénuée de sympathie. Carmen l'écouta silencieusement, tout en se laissant absorber par ses réflexions. Elle attendit que Serena se taise et la regarda fixement tandis que cette dernière entamait son compte à rebours. Elle s'offrit le loisir de réfléchir à ses paroles, elle devait bien admettre que la réaction de la louve la déstabilisait un peu. Puis entama la conversation de son soprano chantant.

    "Il est inutile de me menacer !" lança t elle joyeusement.
    "Je m'appelle Carmen, Carmen Denali. Et je suis une vampire que l'on pourrait qualifier de végétarienne !" continua t elle sur le même ton.

    Sa bonne humeur enjouée paraissait malgré tout bien loin d'être partagée par celle qui lui faisait face. Remarquant que la jeune fille affichait toujours le même regard noir, elle décida de poursuivre.


    "En fait voilà, je ne me nourris pas de sang humain, uniquement de sang animal. D'où la couleur de mes prunelles ! Je sais que cela peut paraitre étrange lorsque l'on a tant de prejugés sur ceux de mon espèce..."'

    Bien qu'elle n'en ait eut nullement l'intention, sa dernière phrase sonna légèrement comme un reproche. Elle choisit de faire abstraction de ce détail pour se concentre sur ce qu'elle avait à dire.

    "A vrai dire... Je t'ai déjà rencontrée dans le passée, alors que tu n'étais qu'un bébé. Je... Je connaissais ton père adoptif. Enfin de vue seulement !

    Elle laissa le temps à la belle indienne de digérer ces nouvelles informations puis reprit la parole à vitesse mesurée.

    "Si je désires te parler, c'est que j'ai une chose importante à te révéler."

    Elle se tue et scruta l'horizon, comme à la recherche d'une silhouette invisible. C'est avec satisfaction qu'elle constata que personne n'avait été alerté de leur échange verbale. Carmen reprit son souffle. Elle ne souhaitait pas brusquer la jeune louve. Elle avait conscience de la susceptibilité de ces individus, ainsi que des conséquences d'un éventuel emportement. Elle se contenta de la détailler calmement, tout en s'attardant sur ses prunelles sombres. Elle attendait une réponse, où du moins l'accord de Serena pour poursuivre...

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Ellwood
    » SERENA , a good vampire is a dead vampire !

avatar


— humeur : Sadique, histoire de vous embêter !
— coté coeur ? : Sometimes with Nathan
— un don ? : Mutation en louve au pelage noir sur le dessus et blanc-gris en dessous.


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Mar 17 Aoû - 23:11

Serena était de plus déconcertée par les paroles de cette Carmen - dont le nom démontrait clairement qu'elle avait raison à propos de ses origines hispaniques. Le sang animal pouvait-il vraiment servir de nourriture à un monstre ? Non, ça n'était pas possible... Mais la couleur des prunelles de Denali prouvait qu'elle était différente. Ce bel or liquide qui la fixait sans animosité n'avait rien de sanguinaire en fait, mais Serena ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle devait la tuer. A chaque seconde, son dos était parcouru de frissons de la nuque à la cambrure, et elle perdait peu à peu le contrôle. Elle sentait la moindre de ses cellules tendre vers sa forme lupine, la rendant de plus en plus sauvage à chaque instant. Sa raison lui disait qu'elle pouvait la croire, mais son cœur lui hurlait de mettre la vampire en morceaux, de la brûler avant le drame. Elle était trop déchirée, elle en avait assez de réfléchir encore et encore. Même en dormant, elle n'oubliait rien. Elle sentait l'odeur métallique du sang jusque dans son sommeil, revoyant les cris, les corps qui s'amoncelaient...

Elle n'en pouvait plus, et Nathan ne pouvait pas comprendre... Elle était seule. A savoir, à avoir survécu, à conserver la mémoire de sa tribu. Alors si cette Carmen pouvait la décharger de son fardeau, elle était la bienvenue. Enfin, quand même pas. Disons qu'elles pouvaient parler froidement. Mais la vampirette n'avait pas fini, et la suite était encore plus désastreuse, quoique fausse. Elle avait quinze ans lors de l'attaque, elle n'était pas un bébé. Elle se souvenait, elle voulait juste oublier, tout oublier. Et cette chose importante pouvait tout faire remonter, ce que Serena ne désirait pour rien au monde. Elle était brisée, incapable de réfléchir à une chose simple. Partir n'aurait rien résolu, alors autant rester... Elle rejeta ses cheveux en arrière d'un geste méprisant et prit la parole d'une voix si froide qu'elle en aurait glacé un vampire :

Ta façon de te nourrir n'enlèvera rien à mes préjugés, les vampires ont détruit ma vie. Au moins, il n'y a pas que de véritables monstres... J'avais quinze ans, je n'étais pas un bébé, alors qui me dit que tu ne mens pas ? Et, ne l'appelle pas mon père, adoptif ou non. Il a tué mon père. Dis-le moi, je n'aurai pas la patience de me retenir longtemps, mes instincts lupins sont parfois plus forts.

Elle commençait à être curieuse de ce que Carmen allait lui dire, mais lasse de tout. Elle s'assit sur un bloc de béton abandonné tout près d'elle et commença à tortiller une de ses longues mèches brunes, tic hérité de ses longues crises d'angoisses post-attaque. Là, elle faisait mine de s'ennuyer, mais en vérité, elle avait peur de ce qui allait suivre. Elle avait peur de savoir, cette chose importante qui signifierait peut-être ne vie encore plus horrible. Serena ne voyait jamais le côté positif des choses, elle avait bien trop à faire avec le côté négatif. Ses pensées noires tourbillonnaient sans cesse dans son esprit embrouillé, elle n'arrivait plus à faire le vide. Son père. Le sang. Les vampires. Les morts entassés. Le sang. La mort. La haine. La vengeance. Comme d'habitude, une envie de meurtre à l'encontre de tout les vampires de ce monde.

Elle ferma les yeux en attendant les paroles de Carmen, et se força à respirer lentement pour se calmer, enlever ces horribles images de sa tête. Oublier, si facilement s'endormir, ne plus penser. Mais non, elle devait vivre. Pour Nathan, pour cette terrible vérité, pour la mémoire de ceux qu'elle continuait de faire vivre. Elle n'ouvrit pas les yeux, elle imagina ne pas se brusquer en sentant Carmen s'asseoir à ses côtés, et elle n'eut pas un haut le cœur en vivant cette scène. Elle se contrôlait, mais elle préférait garder les yeux fermés...

------------------------------

Drink my soul.

WILD CHILD, FULL OF GRACE. NATURAL CHILD, TERRIBLE CHILD.
Take me, I'm alive. Never was a girl with a wicked mind
But everything looks better when the sun goes down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   Dim 29 Aoû - 11:57

    Carmen perçut le trouble de son interlocutrice. Ses prunelles sombres dévoilèrent à la belle vampire, un enchaînement curieux d'émotions. Haine, tension, désespoir, tristesse, résignation, peur, ... Il était étrange que La jeune hispanique ait pût toucher à ce point la louve en quelques paroles. Elle observait Serena attentivement lorsque cette dernière rejeta la tête en arrière et prit la parole. Elle retint le sourire qui s'apprêtait à fendre ses lèvres. Il n'aurait fait qu'agrémenter la colère grandissante de la jeune femme. Son visage redevint sérieux, emprunt d'une certaine compassion qu'elle s'efforça de dissimuler.

    Elle vit celle qui lui faisait face, s'asseoir puis fermer les yeux. Ce geste innocent fut malgré tout surprenant de la part de la jeune Winnipesaukee. Peut être avait-elle finalement réussi à ce qu'elle lui accorde sa confiance. Doucement Carmen prit place au côté de Serena. Elle sentit la louve frémir imperceptiblement. Ce fut sa seule réaction. De sa voix douce, Carmen prit la parole.


    "Je suis désolé..." murmura-t-elle à la jeune fille, même si ces mots paraissaient faibles, vains.
    "Ecoute j'ai quantité de choses à te dire. J'aimerais que tu m'écoute jusqu'au bout sans m'interrompre." reprit-elle d'une voix ferme.

    Elle inspira une bouffée d'air pollué, s'assura que personne n'approchait. Enfin elle se positionna face à la jeune femme qui avait les yeux toujours clos. Elle semblait réfréner des souvenirs désagréables qui refluaient sans cesse. Ses paupières serrées, comme pour empêcher à une douleur lancinante de refaire surface. Lentement, Carmen ferma les yeux à son tour et se lança dans son récit. Il lui sembla revivre la scène en même temps que Serena. Le sang, la mort, son impuissance...


    "Lorsque tu n'étais qu'un bébé je t'avais aperçu avec ta famille. Je n'avais encore jamais vu de loups-garous et je jugeais votre mode de fonctionnement intriguant... Je vous avais observé seulement quelques minutes, mais ces minutes restèrent ancrés dans ma mémoire. Bien sûre, personne n'avait décelé ma présence. Personne excepté une fillette minuscule... Toi.
    Il est naturel que tu n’ais aucun souvenir de cette rencontre. Tu étais... si petite !"


    La belle vampire fit une pause dans son récit. Elle humecta ses lèvres de marbre avant de poursuivre.

    "Comme je te le disait, je n'ai pas oublié cette entrevue. Evidemment, après avoir fait de nombreuses recherches vous concernant... J'ai découvert que les loups et les vampires n'étaient pas faits pour s'entendre. J'ai donc abandonné l'idée de vous rendre une seconde visite. Ce n'est que quinze ans plus tard, que j'ai voulu revenir voir l'enfant d'à peine un an qui m'avait dévisagé curieusement. Je me douterais que tu aurais bien grandis, mais j'étais persuadée que j'arriverais à te reconnaître." ...
    "Lorsque je suis arrivée sur les lieux de notre première rencontre... Je t'ai immédiatement aperçu.
    Tu étais paniquée. J'ai rapidement compris pourquoi. A mon plus grand désespoir, je n'ai rien pût faire. J'ai assisté au meurtre d'une famille entière, en étant dans l'incapacité de faire quoi que ce soit."


    Elle avait baissé les yeux et scrutait le bloc de béton sur lequel elle était assise. Elle hésita un instant. Devant l'absence de réaction de Serena elle poursuivit, en refermant les yeux.

    "Je suis restée figée sur place, horrifiée... Je t'ai vu t'enfuir, seule. Mais je ne vais pas continuer à t'expliquer ce que tu sais déjà.

    Ce que je veux que tu saches, c'est qu'après ton départ... Une... une deuxième louve a réussi à s'enfuir.
    Tu n'es pas aussi seule que tu le penses."


    Elle ouvrit les yeux.

    Si ça ne te va pas... Dis le moi ! ; )

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're strange, that's all I really know. pv. Serena   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're strange, that's all I really know. pv. Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resurrection :: •• FORKS •• :: Le Centre-ville -