AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 Under the snow... [pv Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Under the snow... [pv Alice]   Lun 18 Jan - 23:53

Under The Snow




    Carmen se tenait sur le perron de la grande villa. L'air frais de ce début d'hiver soulevait délicatement ses légères boucles brunes. La taïga, immense étendue verdoyante recouvrait le flan des collines avoisinantes en s'étendant à perte de vue. Elle inspira une bouffée d'air glacé qui lui brûla les poumons. Elle tenta de décrypter le foisonnement de senteurs environnantes, des plus discrètes aux plus prononcées. Les odeurs boisés de mousse et de lichen, associés à celles plus sauvages d'animaux farouches, ou de rares et délicates fleurs. Les pins frémir légèrement sous la brise fraîche. Elle avança jusqu'à la lisière de la forêt, puis s'étendit dans l'herbe grasse. Le doux parfum sucré de la résine, lui chatouilla les narines.

    Elle resta là longtemps. Admirant les paysages bien connu qu'elle aimait tant. Elle en connaissaient les moindre recoins si bien. Le doux bruit du vent caressant l'herbe verte, sonnait aux oreilles de Carmen comme une douce et mélancolique mélodie. Elle se rappelait son enfance joyeuse, dans ce petit jardinet où elle gambadait gaiement. Son rire argentin retentissant dans les plaines espagnoles, emplissaient les coeurs de joie.

    Elle sortit de sa rêverie et se reconcentra sur le bruit apaisant d'un cours d'eau caché dans la forêt dense. Elle regardait le soleil décroître, puis disparaître derrière la cime des arbres, ayant auparavant baigné une dernière fois la ligne d'horizon d'un rayon orangé. Le gazouillis des oiseaux s'éteignit peu à peu laissant place aux doux bruits nocturnes. Derrière elle, la villa blanche était à présent baignée dans un rayon de lune. L'air était frais mais cela ne gênait nullement la jeune femme, vêtue uniquement d'une chemisette de coton. De légers flocons commencèrent à tomber doucement.

    Elle étudiait minutieusement ces complexes fleur de glace, quand elle l'entendit approcher. Elle se leva d'un bond et pivota sur elle même faisant glisser la fine couche de neige qui l'avait recouverte. La jeune vampirette approchait d'une démarche sautillante, sans néanmoins se départir de sa grâce singulière. Les prunelles de Carmen se teintèrent d'un éclat de joie, alors que ses lèvres se fendirent en un large sourire.


    "Alice!"murmura-t-elle avant de prendre la jeune femme dans ses bras.

    Elle éprouvait toujours beaucoup de joie à l'arrivée des Cullen, qu'elle considérait comme des membres à part entière de sa famille. Elle appréciait et admirait tout particulièrement Alice, pour sa joie de vivre et sa bonne humeur contagieuse.

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...


Dernière édition par Carmen Denali le Ven 9 Juil - 1:31, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
admin. can i change your future ? only if you decide it...
avatar


— localisation : Derrière toi, bouh !
— humeur : Excellente et amusée
— une citation ? : "Le seul secret que les gens gardent est celui de l'immortalité."
— coté coeur ? : en couple avec Jasper, liée à lui par un amour inconditionnel...
— un don ? : Je vois l'avenir de façon subjective, selon les décisions prises par le/la concerné(e).


• more about you •
— relations :
— adresse: Villa des Cullen

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Mer 17 Mar - 21:45

La carrosserie grise du beau bolide reflétait les rayons du soleil couchant. Le moteur silencieux tournait environ à deux cent trente kilomètres heure et le véhicule filait tel l'ombre d'un félin. Les vitres teintées de noir ne permettaient pas de voir le conducteur, en revanche, Alice elle, voyait tout. Ses grands yeux dorés balayaient le paysage blanchi. La neige commençait à tomber et recouvrait peu à peu les sapins déjà enneigés. Bientôt, elle devrait quitter le confort de l'Aston Martin "empruntée" à Edward pour continuer à pieds. La neige la bloquerait très bientôt. Bien qu'elle ne soit partie de Forks que depuis une vingtaine de minutes. Le nord des Etats-Unis était glacial et couvert de neige. L'Alaska, sa destination, l'était presque toute l'année. Cela lui était égal : elle ne sentait pas le froid. Sentant les pneus patiner, elle se mit à freiner en douceur et arrêta la voiture sous un immense arbre qui la protégerait des intempéries. Manque de chance, un énorme amas de neige s'abattit sur le toit du véhicule et creusa un peu la carrosserie. Les yeux écarquillés d'horreur, Alice fixa la couche de glace. Elle aurait pu prévoir cet accident! Mais ses pensées allaient à Carmen, celle à qui elle rendait visite.

Cela faisait deux ans qu'elle n'avait pas vu les Denali et la douce Carmy lui manquait affreusement. Elle adorait cette jeune femme franche, tendre et adorable. Et son mari, Eléazar. Leurs personnalités étaient bien loin de la succube Tanya, bien qu'Alice adorait aussi cette dernière. Mais le fait d'avoir pensé à ses amis lui avait fait oublier de regarder son propre futur. Désormais, elle pouvait l'affirmer, Edward lui en voudrait d'avoir abîmé sa voiture, d'autant plus que Jacob lui même n'avait pas osé 4 ans auparavant! D'un geste précis, elle enleva la neige au dessus de l'Aston Martin en évitant de regarder la bosse : elle culpabilisait suffisamment! Elle se baissa pour retrousser le bas de son jean serré, afin qu'il ne soit pas mouillé. Vêtue seulement d'un pull au décolleté échancré et d'un fin gilet noir, elle n'avait pas froid. Sa propre peau était plus glaciale que la neige et quasiment de la même couleur. Elle soupira et commença à courir tout en repérant l'endroit ou elle avait garé la voiture de son frère.

A la vitesse ou elle allait, elle serait en Alaska d'ici une demi heure, bien moins de temps qu'avec un puissant véhicule Elle accéléra encore, presque invisible aux yeux des humains. Ses pieds chaussés de bottes touchaient à peine le sol. Elle aimait cette sensation d'envol et en profitait largement. Dans quelques instants, elle allait franchir la frontière qui séparait les Etats-Unis même de l'état d'Alaska. Elle était complètement hors-la-loi et cela la ravissait. Le pire, c'est qu'elle avait un passeport parfaitement dans les règles. Désormais, elle serait à Denali dans une dizaine de minutes : elle avait fait vite! Peu de choses s'étaient écoulées depuis que les deux clans s'étaient retrouvés, mais s'était certainement mieux ainsi, puisque cela signifiait que les Volturi n'avait encore rien tenté. Mais Alice avait déjà perçu il y avait un an, Jane et Caïus comploter contre eux et ça, c'était mauvais signe. La mignonne et sadique petite blonde était capable du pire, même sans l'approbation d'Aro, et Alice la redoutait. Jane avait une revanche à prendre à prendre sur la vampirette brune et n'hésiterait pas à la première occasion, Alice se devait de veiller. Les habitants de Denali était aussi menacés puisqu'il avait aidé les Cullen 4 ans plus tôt.

Soudain, Alice freina; elle était arrivée tout près de la clairière qui abritait la maison de sa seconde famille. Elle sentait une présence, féminine sûrement, non loin de là. Elle s'approcha et entra dans la lumière du soleil couchant. Sa peau refléta les rayons, brillant de milles feux sous l'ombre rosé et rappelant impitoyablement sa condition. Le temps était comme figé et la neige qui tombait semblait ralentir afin de se poser sur la courte chevelure brune d'Alice. Ses yeux d'ambre liquide brillèrent d'un bel éclat quand elle vit la belle hispanique aux cheveux bruns dans l'immense clairière. Elle se précipita à sa rencontre et se jeta dans ses bras tandis que Carmen caressait ses cheveux, agissant ainsi par un instinct maternel sans doute. Alice était radieuse de revoir son amie et de retrouver son agréable et étrange odeur de soleil, de safran et de rose. Puis elle desserra son étreinte afin de voir le visage de Carmen. Lissant ses cheveux hérissés, elle se laissa tomber avec une grâce incomparable sur la neige scintillante. Ses pupilles se voilèrent un instant, juste le temps de voir que que la neige allait recouvrir toute la région. Elle perçu aussi un changement dans la courbe de la bourse mais n'y prêta guère attention. Son seul souci résidait désormais en l'Aston Martin cabossé et ses vêtements qui allaient se tremper. Mais Carmen éclipsait tout le reste. Alice ouvrit la bouche et lui dit de sa voix qui résonnait comme un choeur de clochettes dorées :

-Tu vas bien? Et Eléazard? Tanya? Kate et Garett?
Le mari de Carmen lui avait beaucoup manqué aussi, lui qui avait toujours été adorable avec elle. Et Garett, malgré lui la faisait exploser de rire, lorsqu'il annonçait sans crier gare, qu'il aimait Kate. Il arrivait de mieux en mieux à se tenir au régime végétarien et Carlisle était ravi de ses progrès. Tout respirait le bonheur et la tranquillité.

------------------------------

YOU&ME FORVERMORE
I just can't compare you with anything
in this world. As endless as forever, our
love will stay together. You're all I need
to be here with, forevermore.

Avatar by Rain (me)
Set by (c) bloddy angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Mer 24 Mar - 22:09

    Enlacer la petite Alice était si réconfortant... Il émanait d'elle une telle sérénité que Carmen sut immédiatement que leur futur proche, à sa famille et elle même, n'était pas menacé, tout comme celui des Cullen. Le lourd fardeau qui pesait sur ses épaules, s'alléga quelque peu. Elle ne pouvait s'empêcher de songer au Volturi et à leur vengeance qui ne tarderait plus. Elle ne savait pas exactement qu'elle sort leur était réservé, cependant elle avait la certitude que celui des Cullen était plus qu'incertain. Ils étaint comme sa seconde famille et elle ne pouvait cesser de se tourmenter pour eux. Alice semblait partager son inquiétude, mais la belle hispanique devina aisément qu'il ne s'agissait que d'un sentiment moindre comparé à la menace qui pesait sur eux tous.

    "Alice! Oui tout le monde va bien, si ce n'est que tu nous a tant manqué... Et toi? Tu ne peux pas savoir à quel point cela me fait plaisir de te voir!".

    Carmen se sentit apaisée a la vue de l'éclatant sourire de la jeune fille. Alors qu'elle l'entraînait de l'autre côté de la clairière, vers la villa en la questionnant sur ses proches, les Denali apparurent sur le perron. Son amie enlaça chaleureusement Tanya puis Eleazar, avant de se diriger vers Kate et Garett. Carmen décocha un sourire radieux à son mari, avant de l'entraîner à l'intérieur a la suite des autres. Alice posa son regard ambré sur le spacieux salon, avant de suivre Tanya. Elle s'installa dans l'un des larges canapés en cuir beige, dans un geste recourant plus a une habitude, qu'à une réelle nécessité. Ses hôtes firent de même et entamèrent une discussion au rythme si élevé, qu'elle se serait révélée entièrement inaudible aux oreilles humaines. C'et dans ce vaste et lumineux espace qu'ils passèrent la majeure partie de la journée. Le salon de la famille avait été décorée avec goût par Carmen et Tanya... La jeune espagnole avait apporté une touche personnelle d'une finesse et d'une subtilité déconcertante. Les quelques meubles d'acajou rapporté d'Espagne par le couple, étaient finement ciselés et dégageaient de voluptueuse senteurs espagnoles. Le décor était à la fois épurée et bien défini et dégageait une fraîcheur singulière.

    Le soir venu, Carmen prit l'initiative de conduire Alice dans l'un des endroits qui lui tenait particulièrement à cœur. Une partie de la pleine abritée du vent, où le temps semblait s'être arrêté. La neige tombée le matin même avait figé les collines avoisinantes, tout comme la végétation ou le petit cours d'eau. La vue était a couper le souffle et offrait un superbe spectacle. Les jeunes femmes marchaient gracieusement le long du cours d'eau lorsque Alice se figea, les yeux subitement voilés. Son esprit sembla s'évaporer de son corps... Carmen ne connaissait pas bien phénomène, elle savait qu'il arrivait a son amie d'avoir des visions, mais Alice paraissait bloqué dans un monde parallèle sans parvenir a regagner son propre corps. Carmen secoua Alice, prise d'une panique soudaine, mais rien n'y fit la petite Cullen resta pétrifiée sur place.

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...


Dernière édition par Carmen Denali le Ven 9 Juil - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
admin. can i change your future ? only if you decide it...
avatar


— localisation : Derrière toi, bouh !
— humeur : Excellente et amusée
— une citation ? : "Le seul secret que les gens gardent est celui de l'immortalité."
— coté coeur ? : en couple avec Jasper, liée à lui par un amour inconditionnel...
— un don ? : Je vois l'avenir de façon subjective, selon les décisions prises par le/la concerné(e).


• more about you •
— relations :
— adresse: Villa des Cullen

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Mar 27 Avr - 22:18

    Alice détaillait son amie, sa sœur par bien des façons, avec une joie non dissimulée : ses fossettes et ses boucles typiquement espagnoles lui avaient manqué. Carmen était un rayon de soleil dans ce paysage tristement froid et neigeux. Tout était blanc depuis des mois et elle n'en pouvait plus. Si seulement sa peau ne réfléchissait pas le soleil ! Cette nature lui pesait, elle en avait assez de devoir sans cesse faire attention de ne pas respirer trop fort, d'examiner les futurs de sa famille, des Volturi et de bien tant d'autres. Edward lui demandait une vigilance constante et elle même souhaitait aider Nath avant tout. Elle aurait aimé fuir la civilisation, aller lézarder avec Jasper dans un endroit tropical. Les Seychelles feraient parfaitement l'affaire... Elle se promit d'y réfléchir un peu plus tard et revint à l'instant présent en essayant de chasser le début de sa migraine. Depuis que les loups et Ness les avaient envahis, elle succombait quasiment tout le temps aux maux de tête, et tout le monde s'en inquiétait. Étrangement, Jacob lui était d'un grand secours car lui seul arrivait à faire fuir ses migraines. Il suffisait à Alice de s'assoir près de lui quand il ronflait comme un fumeur -Jasper restait toujours là "au cas-où"- et elle se sentait mieux. Encore heureux que le loup soit obligé de rester, elle l'appréciait bien mieux maintenant !

    Mais les Denali avaient encore du mal à considérer les modificateurs, pour reprendre les termes d'Aro, comme des alliés et des amis. Carlisle faisait toujours de son mieux, pensa la minuscule vampire avec un soupir. D'ailleurs, que pouvait-il faire de plus ? Le médecin était la meilleure personne au monde à son avis, et personne ne méritait plus que lui le repos et l'amour d'une famille. Il avait l'oeil sur tout et voulait absolument tout régler, même ce qui n'était pas de son ressort. Alice l'admirait, et l'aimait bien plus que son véritable père. Carlisle était si bon... Et Esmé aussi, pouvait-on rêver meilleurs parents ? Être un vampire végétariens présentait plus d'avantages vu sous cet angle. Pour Carmen, Eleazard et Garett, il devait en être de même mais pour Tanya et Kate, encore endeuillées par les morts d'Irina, Sasha et Vasilii portaient un poids énorme sur leur cœur. Si Alice leur disait ce qu'elle avait vu du futur des jeunes femmes... Mais elle préférait de pas y penser du tout, Edward était un excellent fouineur !

    Carmen s'assit à ses côtés et répondit doucement à son flot de questions. Alice tripotait machinalement le bracelet en argent serti de diamants que lui avait offert Jasper, mauvaise habitude due à la façade humaine qu'elle devait afficher. Carmen lui renvoya la question : allait-elle bien ? Alice s'appretait à répondre par l'affirmative mais elle se retint au dernier moment : à vrai dire, elle se sentait exténuée, pas physiquement mais moralement et aucun vampire à sa connaissance n'avait éprouvé pareil sentiment. Elle était inquiète de leur avenir et surveillait tout sans cesse. Non vraiment, elle n'allait pas très bien... Elle fit part de son ressenti à Carmen. Cette dernière était la plus maternelle après Esmé, si il y avait quelqu'un qui voulait connaitre l'état d'esprit de sa famille c'était bien elle. Et elle pourrait peut-être l'aider...


    - Vous aussi vous m'avez manqué ! En fait je,... Je ne vais pas très bien. J'ai l'impression d'être la seule vampire au monde à ressentir des momts de fatigue mentale et des migraines, je surveille sans cesse le futur de ma famille, ainsi que le votre et celui des nomades qui nous ont aidés il y a un an et je m'inquiète terriblement...

    Carmen comprendrait mais Alice savait que son amie ne serait pas indiscrète et ne chercherais pas à tout connaitre, tant mieux. Elles discutèrent encore un moment puis elles se levèrent, un peu mouillées, pour se diriger vers la belle maison des Denali. En fait, elle ne ressemblait pas à un véritable logement mais plus à une villa ouverte à la nature. Alice adorait cet endroit simple mais magnifique, décoré avec goût par la famille. Des objets venus de Russie, d'Italie, d'Espagne et de bien d'autres pays peuplaient les murs. Dès qu'elle eu franchit le seuil, Alice s'y sentit mieux. Voir Tanya et Kate lui faisait tellement plaisir ! Les deux slaves portaient encore la marque du chagrin dans leurs prunelles dorées et leur sourire était quelque peu triste mais elles semblaient ravie de revoir la petite brune. Eleazar quant à lui, souriait doucement, ravi que sa femme soit heureuse et moins angoissée. Toute la famille, Alice comprise, s'installa dans le salon, sur des fauteuils confortables qui ne représentaient rien pour eux. L'étrange habitude de faire comme leur nourriture naturelle ne les lâchait plus. Ils discutèrent un moment de tout ce qu'ils ne s'étaient pas dit les dernières fois. Le rythme de la conversation était si rapide qu'une oreille humaine n'en aurait perçu qu'un bourdonnement. Alice raconta les horreurs que devait endurer Nathaniel à cause de son don, les exploits de Nessie dit tout le monde était friand et toutes les anecdotes de la famille Cullen. Elle ne dit rien, en revanche, de la souffrance qu'elle éprouvait et de la tension qui régnait dans l'attente d'un retour des Volturi, inutile d'angoisser et d'affoler Tanya et les siens avec des faits qu'ils redoutaient eux-mêmes.

    Le reste de l'après-midi s'écoula aussi paisiblement. Tout le monde éclata de rire en entendant Alice ronchonner sur la façon dont elle torturait Bella avec des vêtements neufs. En fin de soirée, alors que le soleil n'était plus qu'une immense boule orangée, Carmen et elle sortirent pour être un peu seules et se dire ce qui nécessitait cet écartement. Le mal de tête avait quitté la petite brunette qui resplendissait, avec Carmen à ses côtés, tout allait bien. La jeune femme la comprenait aussi bien que Carlisle lui-même, à la différence que le médecin était la personne qu'elle admirait le plus au monde. Elle se sentait comme après un bon repas, prête à se reposer et profiter. Si Jaz était là, il aurait pris son minuscule menton entre ses grandes paumes striées de cicatrices et...

    Soudain, tout devint froid et noir, comme le tunnel d'une canalisation humide. Alice ne voyait plus rien, un étrange battement pulsait à sa tête. Une douleure lancinante lui explosait le crâne, ce qu'elle essayait de voir depuis des mois lui faisait encore plus mal que dans ses pires visions. Elle se figea inconsciamment, raide et belle comme une statue de marbre et ses prunelles dorées devinrent blanches et opaques. Elle sentit des changements et voulu hurler mais aucun son ne sortit de sa bouche, pas plus qu'elle ne percevait les pas apaisants de Carmen. Une scène lui passa alors devant les yeux, mais étrangement floue et déformée : elle y voyait l'adorable petite Jane planter ses crocs dans le cou d'un humain, la vider de son sang en quelques secondes et se retourner vers elle en léchant une goutte qui perlait sur ses lèvres :

    "Prends-en au moins deux, tu en as besoin pour ton voyage"

    La scène se termina aussi brusquement qu'elle avait débutée et laissa Alice complètement déboussolée. Son mal de tête empira encore, comme d'habitude après une vision, et même pour un vampire ce n'était plus supportable. Elle maintint fermement ses tempes entre ses longues mains fines et se donna un coup qui aurait fait imploser le crâne d'un humain. La douleur ne diminua en rien, mais n'augmenta pas pour autant. Ainsi, c'était purement mental puisqu'elle était déjà morte. Soudain, elle s'apperçu que Carmen lui hurlait dans les oreilles et la secouait vainement comme un prunier. La brunette était désemparée, elle ne comprenait pas ce que signifiait cette vision et ne souhaitait qu'essayer de mettre ça au clair. Ignorant pour la première fois son amie, elle se concentra afin de voir, et elle vit. Sa vision n'était pas très compréhensible, certes, mais elle lui avait permis de faire le lien entre les deux. Dans cette vision moins douloureuse, elle voyait une splendidie blonde vénitienne courir dans la neige et s'approcher gaiement de Carmen et Eleazar... 

    Elle revint à la réalité avec surprise en voyant de nouveau avec une netteté vampirique, tout les infimes détails lui étaient clairs. Il fallait qu'elle approfondisse ces étranges visions, mais Carmen était sa priorité. Elle avait juste envie d'enlacer Jasper et de se blottir contre lui pour ne penser à rien d'autre mais c'était impossible... En distinguant bien ses mots les uns des autres, elle rassura Carmen :


    - Ce n'est rien... Enfin, ... C'était une vision mais... J'ai vu Jane donner des conseils à un inconnu pour un long voyage et une vampire carnivore s'approcher de toi et Eleazar... !

    Elle se sentait mieux, mais maintenant, ses paroles lui semblait plus réalistes et elle avait peur.. Cette belle blonde avait forcément un lien avec les Volturi ! Elle se laissa tomber dans les bras de Carmen qui l'etreignit comme une mère et inspira à fond son ennivrante odeur de soleil et de rose.

------------------------------

YOU&ME FORVERMORE
I just can't compare you with anything
in this world. As endless as forever, our
love will stay together. You're all I need
to be here with, forevermore.

Avatar by Rain (me)
Set by (c) bloddy angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Ven 30 Juil - 15:05

    Carmen caressa pensivement la chevelure soyeuse de la petite Alice. Un flot intarissable de pensées et des souvenirs se déversa alors sur elle. Elle dissimula du mieux qu'elle le put la grimace d'effroi qui marquait son visage angélique et murmura des paroles qui se voulaient rassurantes à l'oreille de la jeune fille.

    "Ça va aller..." lui souffla t elle sans vraiment y croire elle même.

    La petite vampire paraissait si frêle en cet instant que Carmen en frissonna. Elle savait pertinemment que la vision était directement reliée à l'avenir de son propre clan. Elle soupira tristement. Ses pires craintes venait de lui être confirmées. Elle inspira une bouffée d'air glacé et se força à se calmer. Laisser ses émotions la dépasser ne servirait strictement à rien. Elle desserra son étreinte autour de son amie et plongea ses prunelles où paraissait couler un ambre liquide dans celles de son interlocutrice.


    "Il faut néanmoins faire quelque chose !" mais quoi ? Ne pût elle s'empêcher de songer intérieurement.

    Alice paraissait très préoccupée par sa vision, et la jeune hispanique se demanda si ses pensées étaient aussi sombres que les siennes. Elle fixa le paysage blanchit par la neige, il semblait si parfait qu'elle peinait à croire que l'on puisse en troubler la tranquillité. Elle n'attendit pas une réponse de la part de la petite Cullen qui paraissait ailleurs.


    "Je penses qu'il serait préférable pour le moment de ne pas avertir nos clans respectifs... Nous devons en apprendre davantage sur ce que trame les Volturi avant de les inquiéter inutilement."

    Elle saisit avec délicatesse la main de la petite brune et afficha un sourire rassurant. Elle ne pouvait pas rester dans cette clairière à se morfondre sans agir. Elle ne souhaitait pas cependant bousculer son amie en lui demandant de se replonger dans ses visions obscures. Elle allait devoir trouver un autre moyen d'apporter des réponses à ses trop nombreuses questions. Si pour l'instant elle était dans l'incapacité d'agir, cela ne durerais pas, il était pour le moment préférable d'oublier ces tristes idées et de se concentrer sur le présent. Elle voyait si peu Alice. Elle n'allait pas gâcher son séjour à Denali, sous prétexte que la jeune fille avait eut une vision contre laquelle elle ne pouvait rien faire... Du moins actuellement ! Non, il en était hors de question ! Elle pût s'apercevoir que la petite Cullen en était arrivée à une conclusion similaire, lorsque que quelque chose de blanc et humide, à la température de son propre corps, vint s'écraser contre sa nuque...

    De la neige !


    Bon voilà, on va pouvoir continuer la dessus ! ;)

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...


Dernière édition par Carmen Denali le Dim 29 Aoû - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
admin. can i change your future ? only if you decide it...
avatar


— localisation : Derrière toi, bouh !
— humeur : Excellente et amusée
— une citation ? : "Le seul secret que les gens gardent est celui de l'immortalité."
— coté coeur ? : en couple avec Jasper, liée à lui par un amour inconditionnel...
— un don ? : Je vois l'avenir de façon subjective, selon les décisions prises par le/la concerné(e).


• more about you •
— relations :
— adresse: Villa des Cullen

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Sam 28 Aoû - 22:52

    Alice en avait assez de sans cesse ruminer ses pensées noires, de ne plus être la joyeuse lutine que tous avaient connue. Elle ne savait plus ce que l'Alice d'autrefois aurait fait en ces circonstances, mais elle ne se serait sûrement pas écroulée en sanglots sur l'épaule de Carmen. Et même si l'étreinte de la mère des Denali était rassurante et agréable, Alice s'en voulait de n'être qu'un boulet en ce moment. Elle pouvait toujours feindre son caractère enjoué, mais elle n'en avait plus ni la force, ni l'envie. Carmen était la personne idéale pour une compagnie en ce moment, à l'instar d'Edward en plus maternelle, mais elle en avait assez de se morfondre. Elle voulait retrouver son ancienne personnalité sans cesse joyeuse, mais ne savait comment y parvenir. Ses maux de tête persisteraient toujours, rien ne pouvait y changer maintenant. La perspective de passer l'éternité aux côtés de ceux qu'elle aimait en étant étouffée par la douleur et la culpabilité n'était pas très alléchante. Alice n'avait jamais remis en cause sa nature de vampire, ayant oublié sa vie humaine - ce que vous n'avez pas connu ne peux vous manquer - mais un changement commençait à se faire, étant donné la proposition peu attrayante d'avenir qui se profilait. Elle commençait à comprendre Rosalie, qui, coincée dans la magnificence de son corps de pierre, ne pourrait donner le jour, et vivrait avec ses démons jusqu'à un temps inimaginable. Sans Emmett, elle aurait depuis longtemps cédé à la tentation, tout le monde le savait pertinemment et en était attristé, sans pouvoir toutefois y faire quelque chose. Et Alice ne voulait pas sombrer dans ce même cercle vicieux, elle voulait vivre ! Et mentir encore et encore n'arrangerait rien à ses scrupules, Carmen avait tort. Leurs clans devaient être mis au courant de cette histoire, sinon, ils seraient en danger. Libre à elle d'alerter les Denali, mais la fratrie Cullen, qui était tout pour elle, serait avertie. D'une petite voix fluette, qui n'était pas la sienne en temps normal, elle opposa son faible argument à celui de Carmen :

    « Je pense qu'il serait préférable d'en alerter ta famille... Je mettrai les Cullen au courant, que tu sois d'accord ou non, ils sont toute ma vie, ils m'ont recueillie, et je ne peux garder un secret contre eux, surtout d'une importance aussi capitale. Quoiqu'il en soit, Edward l'aurait deviné et aurait mis Bella au courant, en sachant que Jasper ne serait pas étranger à l'affaire. Il est mon mari, mais plus que cela, mon âme, ce qui me permet de vivre. Sans lui, je suis morte. Je ne comprends pas que tu puisses faire pareille chose à Eleazar, le tromper ainsi, mettant en danger sa vie...   »

    C'était la première fois que son opinion divergeait avec celle de sa confidente, de sa seconde mère. Alice s'en voulait un peu d'avoir joué la carte du chantage affectif, mais en ce moment, n'importe quel danger supplémentaire signifierait une horreur complète pour elle. Et le danger des Volturi était bien réel, elle ne voulait perdre personne... Elle fixa de son regard d'ébène la neige brillante, comme un défi à sa vie. Cette vision pure, blanche, lui rappela ce qu'aurait fait l'ancienne Alice dans un tel moment. La poudre immaculée, qui lui rappelait tant de bons moments, les batailles au lycée, dans lesquelles les garçons retrouvait leur plaisir humain, au grand désespoir d'elle et Rose. Comme une renaissance, elle l'appelait de son scintillant reflet, l'invitant à vivre. Mais quelle vie ? Celle d'une vampire prostrée dans sa douleur ? Perdue au beau milieu d'une abime obscure et sans fond, sans pièce pour le retour ? Coincée du mauvais côté du fleuve. Elle n'était pas suicidaire, non, c'était la vie qu'elle voulait. Celle où chaque inspiration était source de bonheur, où l'air entrait dans les poumons et la sensation de trop plein se faisait ressentir. Celle où elle n'était ni un monstre, ni une petite fille perdue dans son si petit monde. 

    Immaculée, la neige lui soufflait mille et une malices dignes d'une enfant, tintant comme une flopée de minuscules et joyeuses clochettes dans son esprit tourmenté. Comment si elle en avait oublié la consistance, elle plongea les deux mains dans la poudre blanche, s'enfonçant comme dans du beurre et détaillant chaque branche du plus minuscule flocons. La vie de vampire avait quand même bien plus d'avantages que d'inconvénients...  Elle forma une petite boule au creux de sa paume, aussi glacée que la neige et passa ses fins doigts dessus jusqu'à former la plus parfaite des sphères. Le doux bruits des flocons qui s'effritaient réveillèrent l'instinct d'enfant dans l'esprit d'Alice.

    La vie. Un instant. Un geste. La vie. Le rire. La vie. 

    Elle éclata de son rire cristallin, libérateur, faisant tinter une fois encore les clochettes d'argent. La neige était allée frapper la nuque de granit de Carmen, droit au but, prouvant simplement à Alice qu'elle n'était pas devenue une loque. Son lancer avait été hésitant, mais si gracieux qu'il en aurait fait faillir un ange. Un ange. Petit ange au cœur meurtri et aux pensées noires qui ne voulait que retrouver sa pureté.

    « Et alors Carmy ? Tu n'arriveras jamais à me battre !   »

    Elle fila dans les sous bois, là où fleurissaient les premiers arbres, préparant ses réserves de neige avec un soin qui démontrait son attitude si peu naturelle.

    La nuit. Un instant. Une course effrénée et infinie. La nuit. L'arrêt. La nuit.

------------------------------

YOU&ME FORVERMORE
I just can't compare you with anything
in this world. As endless as forever, our
love will stay together. You're all I need
to be here with, forevermore.

Avatar by Rain (me)
Set by (c) bloddy angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen Denali
    Admin - Sweet like a candy... ♥ But don't try to eat me !

avatar

— localisation : Just near my sweet family.
— humeur : ... Has always
— une citation ? : "L'esprit est vampire."
— coté coeur ? : En couple avec Eleazar ...
— un don ? : Aucun


• more about you •
— relations :
— adresse:

MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   Dim 29 Aoû - 14:04

    Carmen observa Alice. Comment la jeune fille pouvait-elle penser que sa famille n'était pas sa priorité ? La chose la plus importante à ses yeux ? Comment osait-elle insinuer qu'elle souhaitait mettre en danger la vie de ceux qu'elle aimait !? Elle comprenait qu'Alice souhaite mettre sa famille au courant. C'était son choix. Mais elle était perplexe quand au fait qu'elle l'accuse de ne pas faire de même. De plus, ce genre de chantage affectif ne ressemblait en rien au caractère de son amie. La belle hispanique ne tardera pas à informer sa famille du danger omniprésent. Mais le faire tant que personne n'était réellement menacé ? Dévoiler le contenu de la vision d'Alice maintenant ne ferait qu'emplir les coeurs d'inquiétudes et d'amertumes inutiles. Carmen devait découvrir qui était la femme de la vision et ses intentions avant d'agir...

    Mais elle était fatiguée. Chose ironique pour un vampire.
    Fatiguée de porter le poids de l'avenir de ceux qu'elle aimait.
    Fatiguée de faire semblant que tout allait pour le mieux.
    Fatiguée de devoir taire ses inquiétudes.

    Il lui sembla que ses jambes était en coton. Qu'elle allait s'effondrer d'une minute à l'autre dans l'épaisse couche de neige cristalline qui recouvrait le sol. Elle ne demandait qu'à retrouver la paix, la quiétude, l'insouciance et le bonheur d'antan. Elle souhaitait que les Cullen, comme les Denali puissent à nouveau profiter d'une existence paisible, à l'abri des Volturi, et de leurs effroyables sbires. Elle avait la désagréable impression, que chaque personne n'avait le droit qu'à un temps limité de bonheur et de sérénité. Avait-elle tout simplement épuisé le sien ?
    Carmen secoua la tête comme pour chasser ses idées ridicules. Il était dérisoire de comparer la joie de vivre à une sorte de loterie ! Pourquoi se montrait-elle si défaitiste tout à coup ! Certainement parce qu'elle ne savait plus quoi faire, comment agir...

    Elle songea à dévoiler à Alice le fond de sa pensée, mais elle ne le fit pas. Elle n'en avait pas le courage. Elle n'avait aucune envie de débattre sur son opinion. Les insinuations de la jeune Cullen l'avaient blessé. Elle ne souhaitait malgré tout pas s'étendre sur le sujet. Son désespoir devait aisément se lire dans son regard sans qu'elle ait besoin de l'énoncer à voix haute.

    La neige qui vint s'écraser contre sa nuque lui arracha un faible sourire, mais le coeur n'y était pas.
    Elle vit Alice s'éloigner en sautillant vers la forêt tout en amassant de la neige. Elle se concentra sur l'image de ce petit lutin joyeux. Comme si elle voulait en conserver une photographie mentale. Doucement son corps se mit en marche, naturellement. Elle eut l'impression de se réveiller d'un long sommeil, plus fatiguant que réparateur. Elle attrapa un poignée de neige qu'elle façonna en bondissant dans un des arbres qui bordaient la clairière. Avec une souplesse et une agilité indescriptible, elle atteignit une branche située juste au dessus de son amie. C'est un petit lutin sculpté avec soin, qui atteignit l'épaule droite d'Alice. l'avantage d'avoir une peau aussi froide que la neige, était que cette dernière ne fondait pas au touché.


    "Il te ressemble tu ne trouve pas !?" lança-t-elle joyeusement.

    Elle évita quelques projectiles puis se laissa tomber sur le sol.
    Rire, s'amuser, ... Qu'est ce que tout cela avait put lui manquer !

------------------------------
"And sometimes when you lie to me
Sometimes I'll lie to you
And there ins't a thing you can possibly do
All these all-detroyed lives
Aren't bad as they seem
But now I see blood and I hear people scream
Then I wake up
And it's judt another bad dream"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Under the snow... [pv Alice]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Under the snow... [pv Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resurrection :: •• AROUND THE WORLD •• :: Alaska :: Denali -